Assemblée nationale - Banc des ministres

Le pari de la diversité

La diversité est une chance, la différence est une richesse.

Nous sommes des femmes, des hommes de tous ages, des blonds, des roux, des bruns, des chauves, artisans, professeurs, dirigeants, fonctionnaires, salariés, chomeurs, retraités, élèves ou étudiants, de telle religion ou d'aucune, avec telles croyances et convictions, de telle couleur de peau, de telle origine avec tel vécu familial et personnel.

Chacun de nous est unique et rien ne permet de nous regrouper sous une seule bannière, permanente et réductrice.

Le respect de la diversité, c'est le refus des amalgames et des généralités faciles :

"Un fan de heavy métal ou de rap n'est pas nécessairement un voyou, un intégriste n'est pas forcément musulman, un homme qui aime la mode pas obligatoirement homosexuel, les homosexuels ne sont d'ailleurs pas des malades mentaux, une femme qui bricole pas pour autant un garçon manqué, un catholique pratiquant pas toujours de droite, les personnes agées pas toutes avares, les riches pas inévitablement malhonnêtes, les pauvres pas automatiquement voleurs et les japonais pas tous des fourmis."

Le pari de la diversité, c'est le pari que chacun avec ses différences a des richesses à apporter et à recevoir, des expériences humaines et culturelles à partager, des sensibilités héritées de ses origines, de son histoire et de ses traditions à communiquer.

La diversité c'est l'arc en ciel qui tranche avec la grisaille de l'uniformité.

Le pari de la mixité

Mixité et diversité sont intimement liées.

La mixité, c'est le mélange des différences, c'est l'intégration de la diversité.

Le pari de la mixité, c'est le pari que nous pouvons vivres ensembles, partager un même espace avec respect et bienveillance, sans jalousie, sans défiance et sans crainte. C'est le pari que la différence est un atout, pas un danger.

La mixité, c'est un conseil d'administration composé autrement que d'hommes blancs, entre 45 et 55 ans, cheveux poivre et sel, tous camarades de promotion d'une même grande école, c'est un immeuble dans lequel on n'exclut pas tel occupant au seul motif qu'il n'est "pas pareil" ou c'est une école qu'on ne refuse pas de fréquenter parce qu'elle a "mauvaise réputation". C'est exactement le contraire : Que les familles "bien" se mettent à fréquenter les écoles "douteuses" et ils leur feront une bonne réputation, que les femmes et hommes d'affaires utilisent le métro et le bus et ils en donneront à leur yeux une bien meilleure image. 

La mixité ce n'est pas les autres, là bas plus loin et demain, c'est tous ensembles, ici et maintenant.

Le pari de la jeunesse

Les jeunes qui sortent de l'Ecole découvrent une société qu'ils jugent inadaptée.

L'information et la communication sont numériques, leur espace d'échange est mondial.

Les tant décriées générations Y et Z sont le résultat d'une société qui a broyé leurs parents, leurs proches ou leurs voisins, ceux qu'on a précédemment appelé la génération "Kleenex". Cette société, les jeunes n'en veulent pas. A la différence de leurs parents qui pour beaucoup subissent sans entrevoir de meilleure issue, les jeunes bâtissent une société à leur image, ils seront acteurs de leurs propres choix.

Les jeunes sont la France, l'Europe et le Monde de demain. Il faut les écouter, entendre leur message, les intégrer au débat politique et à la construction de notre société. 

Nous faisons le pari que les jeunes sont prêts à s'engager pour une France plus Juste, plus respectueuse des individus et de la planète et plus responsable.

Le pari de la simplicité et de la cohérence

La simplicité, c'est la capacité d'un système à être compris, rapidement apréhendé et facile à mettre en oeuvre.

Ce qui est simple emporte l'adhésion et favorise l'efficacité. Ce qui est compliqué au contraire provoque méfiance et rejet.

Nous faisons le pari qu'il est possible de simplifier l'Etat, de simplifier la relation entre la France et les Français sur l'emploi, le logement, le transport, la justice... plus généralement sur les services et sur la loi.

Or, n'est pas simple ce qui n'est pas cohérent ! Il ne suffit donc pas de décreter qu'une chose soit simple pour quelle le soit. La mise en cohérence représente un effort, une envie, une volonté, un travail en profondeur.

Simplicité et cohérence sont les chantiers du développement durable de l'appareil démocratique et de la confiance retrouvée des Français avec la France.

Le pari de l'Intelligence collective

L'intelligence collective, c'est d'abord de l'écoute, c'est la prise de conscience que nous n'avons pas tous les mêmes besoins ou priorités, les mêmes sensibilités, c'est la possibilité offerte d'exprimer ses idées, de proposer, de contribuer au débat et à la construction de manière innovante et participative.

L'intelligence collective, ce n'est pas ceux qui savent d'un côté et ceux qui font ce qui est demandé de l'autre, tout le monde est invité.

L'intelligence collective, c'est penser nos actes, anticiper leurs conséquences, rétablir la relation de cause à effet, requestionner les certitudes et réinterroger les croyances et les superstitions.

L'intelligence collective, c'est voir la vie en plusieurs dimensions, sous différents angles complémentaires.

Le pari de la compétence et de l'expérience

La France a besoin de professionnels compétents et reconnus, d'industries qui rayonnent à l'extérieur, d'enseignants, de chercheurs, de policiers formés, d'une armée entrainée, d'une administration performante.

La compétence se nourrit de l'expérience, de l'analyse rationnelle des situations passées, des précédentes réussites et des échecs rencontrés.

La compétence requiert du travail dans la durée, des efforts qui faut valoriser.

La compétence doit être reconnue et pour les meilleurs, elle doit être mise à l'honneur, récompensée.

Partageons les expériences, transmettons les compétences, mettons tous les talents au service d'une France plus belle, plus fière et plus grande.

Le pari de l'authenticité

L'authenticité c'est être vrai, c'est apparaître tel qu'on est, ne pas se dérober, ne pas tromper, ne pas mentir.

L'authenticité c'est le gage de la bonne foi et de l'honnêteté, loin des calculs sournois, des discours fallacieux et des apparences trompeuses.

L'authenticité c'est être souvent direct, parfois brut et même un peu rustique, mais d'une sincérité immédiate et d'une franchise naturelle.

L'authenticité c'est le respect dû à la France et aux français.

Et parce qu'il n'y a pas de liberté sans vérité...

Osons nous montrer tels que nous sommes, assumons nos paroles et nos actes et laissons leurs déguisements et leurs masques à ceux qui ont tant à cacher.

Les défis d'Etat

Les défis d'Etat sont des démarches qui seront lancées sur initiative de l'Etat et qui mettront à contribution l'Ecole et l'Entreprise. Elles donneront l'occasion de les rapprocher et de faire correspondre leurs besoins et leurs attentes dans une dynamique conjointe, au service du fonctionnement de l'Etat.

Ces défits d'Etats seront promus au niveau Européen et seront une occasion supplémentaire de favoriser la coopération intracommunautaire de l'Ecole et de l'Entreprise.

Le défi "fiscalité et aides"

L'objectif est de concevoir une modélisation informatique et de permettre la simulation des aides et de la fiscalité pour établir les règles les plus justes et favorisant la croissance, dans le respect et la dignité des ménages et dans un soucis de sauvegarde de la planète.

Voir aussi la page "Economie"

Le défi "loi et justice"

L'objectif est de concevoir une modélisation informatique des lois, d'en identifier les lacunes et les redondances, d'en révéler les contradictions et de permettre la simulation de leurs évolutions et autant que possible, leur simplification.

Voir aussi la page "Loi-Police-Justice"

Le défi "enquête judiciaire"

L'objectif est de concevoir une application informatique pour l'aide à la réalisation et au déroulement des enquêtes judiciaires, la vérifications des hypothèses, la recherche de nouvelles pistes et le collationnement d'éléments de preuves.

Voir aussi la page "Loi-Police-Justice"