Se positionner à l'ONU et sur l'OTAN

Je cautionne que la France garde son siège permanent à l’ONU, tant que la force militaire et diplomatique européenne sera essentiellement française, car c’est aujourd’hui le cas.

De meme, je suis d’accord pour prendre distance avec l’OTAN, mais je suis convaincus que cela ne se fera pas sans une Europe renforcée.

Que l’Europe se dote d’une force armée et d’une diplomatie commune et la question méritera d’être reposée.

Compter dans la résolution des conflits

En politique, il faut être prêt à discuter avec les dirigeants de la planète, sans fausse naïveté et sans concession inutile sur sa propre souveraineté. Mais il faut aussi avoir le courage de ne pas accuser les autres nations de nos propres faiblesses.

Je remarque que pour beaucoup les guerres conduites principalement sous la bannière US n'ont pas réussi à ce jour ni à rétablir la paix sur les terrains d'intervention, ni à assurer notre sécurité, les tensions se faisant toujours plus grandes de part et d'autre à chaque nouvelle riposte.

Conflit Israélo-Palestinien

La complexité du conflit Israelo-Palestinien qui dure depuis 70 ans nous empêche de nous prononcer ici en quelques mots sans risquer des erreurs grossières d'appréciation mais nous n'approuvons pas que les deux États entretiennent une tension permanente que leurs ressortissants, pour la plupart, ne cautionnent pas.

Les dossiers ne sont pas aussi simples qu'ils apparaissent sur nos écrans de télévisions, occasionnant bien souvent des jugements à l'emporte-pièce bien loin de la réalité.

En matière diplomatique, il ne faut pas nier les difficultés, mais menacer ou agresser nos partenaires (on est partenaires dans une négociation même lorsqu'on est a priori sur des positions opposées) est sans issue.

Interventionnisme en Afrique

La France a une grande responsabilité envers le continent africain depuis la période de la colonisation.

Pour moi, il n'est pas choquant que cette responsabilité conduise la France à intervenir si nécessaire, lorsqu'elle y est invitée. Il convient toutefois que ces interventions se déroulent dans le respect des États souverains et à leur demande. La forte instabilité de certaines régions rend parfois difficile les actions coordonnées avec le pouvoir en place et encore plus, si le pouvoir est considéré par la France comme illégitime.

Les dossiers sont très souvent complexes et ne permettent pas d'avoir une position arrêtée et systématique pour chaque situation, une partie importantes des tractations se faisant bien à l'écart de l'analyse des média. Au-delà et parce que "interventionnisme" renvoie à "ingérence" et à des opérations non sollicitées, il est exact que l'Afrique reste un vaste terrain de convoitise et de compétition pour les puissances de la planète, par les abondantes richesses naturelles de son sous-sol. De ce fait, les intentions sont rarement uniquement pacificatrices mais souvent prioritairement économiques.

Je veillerai autant que possible à qu'un soutien bienveillant, une assistance fraternelle soit apportée et tenterai d'oeuvrer à la régulation des appétits moins avouables des parties en présence sur l'échiquier mondial.

Enfin et pour peser plus lourd face au géant américain, je soutiens un rapprochement des armées Je refuse le pillage, la maltraitance, le mépris et l'humiliation.

Ce que porte la France en héritage de ce qui a été pratiqué en son nom et que les dirigeants successifs ont cautionné (ou n'ont pas dénoncé), elle doit l'assumer. Cela ne signifie pas que toute la population a adhéré, ni qu'elle adhère encore aujourd'hui.